Retourner à la salle de presse

Le commerce électronique toujours aussi populaire au Québec et de plus en plus mobile

Communiqué de presse

Le CEFRIO dévoile les résultats du volet
« commerce électronique » de l’enquête NETendances 2014

 

Québec, le 30 avril 2015 – Au cours de l’année 2014, un adulte québécois sur deux (49,4 %) a réalisé au moins un achat en ligne. Sur une base mensuelle au cours de cette même période, un adulte sur trois (32,8 %) a réalisé au moins un achat en ligne, une proportion qui est stable par rapport à 2013 (33,0 %). Les cyberacheteurs québécois ont dépensé en moyenne 292 $ par mois au cours de l’année 2014, ce qui permet d’évaluer à 6,6 milliards $ le total des achats en ligne réalisés par les adultes québécois. Si la proportion de cyberacheteurs par rapport à l’ensemble des adultes est demeurée stable en 2014, les Québécois ont néanmoins été plus nombreux à réaliser des achats à partir d’un appareil mobile qu’en 2013 : un adulte sur quatre (24,6 %) a réalisé un achat sur son téléphone intelligent ou sa tablette numérique en 2014 (18,8 % en 2013).

« Si les Québécois ont dépensé un peu moins en ligne en 2014 qu’en 2013 et ce, principalement dans le domaine du voyage et des transports, ils sont de plus en plus nombreux à réaliser leurs achats en ligne à partir d’un appareil mobile », affirme Claire Bourget, directrice principale recherche et marketing au CEFRIO. « Il s’agit d’un virage vers le mobile que les résultats de notre enquête NETendances dénotent pour l’ensemble des principaux usages d’Internet : médias sociaux, divertissement en ligne, actualités, communications, services bancaires et autres. En 2015, un commerçant se doit non seulement d’être en ligne, mais aussi d’être accessible sur les téléphones intelligents et les tablettes numériques  ».

Comparativement à 2013, les achats en ligne mensuels moyens des adultes québécois en 2014 sont en baisse de 43 $. Les achats en ligne annuels totaux sont conséquemment en baisse, passant de 7,3 milliards $ en 2013 à 6,6 milliards $ en 2014. Une analyse à l’aide des données de l’Indice du commerce électronique au Québec (ICEQ) – publié le 10 mars dernier – permet de constater que cette baisse est principalement attribuable à la diminution des achats dans la catégorie de produits et services « voyage et transport ». Si 47 % des cyberacheteurs ont fait au moins un achat en ligne dans cette catégorie en 2013, ils ne sont que 34 % à l’avoir fait cette année. D’ailleurs, si l’on exclut les achats en ligne de voyages et transports, le montant mensuel moyen des achats en ligne par cyberacheteur est en hausse de 9,6 % comparativement à 2013.

Un Québécois sur quatre achète en ligne à partir de son appareil mobile

L’achat en ligne réalisé à partir d’un appareil mobile (téléphone intelligent ou tablette électronique) est à nouveau en hausse en 2014 alors que 24,6 % des adultes québécois ont réalisé un achat en ligne à partir d’un mobile, une progression de 5,8 points de pourcentage par rapport à 2013. Chez les 25 à 34 ans, l’achat en ligne sur mobile rejoint même un sommet de 41,2 % des cyberacheteurs.

Produits et services les plus populaires en lignes

Les produits et services les plus achetés par les cyberacheteurs québécois en 2014 sont les « spectacles, sorties et restaurants » (54 % des cyberacheteurs ont complété au moins un achat dans cette catégorie), les « vêtements, chaussures, bijoux et accessoires » (52 %), le « matériel électronique » (48 %), ainsi que « la musique, les films et les jeux vidéo » (44 %).


Principales raisons évoquées pour ne pas acheter en ligne

L’enquête NETendances a également sondé les adultes Québécois qui n’achètent pas en ligne afin de déterminer quelles sont les raisons qu’ils évoquent pour expliquer ce choix. Trois raisons sont principalement mentionnées par ceux n’ayant pas réalisés d’achats en ligne en 2014 : le besoin de voir, de tester ou d’essayer le produit (32,8 %), ne pas être à l’aise avec le processus d’achat (32,4 %) et ne pas avoir confiance aux sites Internet des commerçants en ligne (29,1 %). D’autres raisons sont aussi mentionnées telles que des frais de livraison trop élevés, des produits non-disponibles en stock ou encore une sélection insuffisante de produits.

S’informer en ligne avant d’acheter, en ligne ou hors ligne

Les internautes québécois s’informent sur le produit ou le service avant de réaliser un achat en ligne puisque 78,3 % disent consulter au moins une source d’information sur Internet et 64,7 % en consultent aux moins deux, notamment les sites d’annonces classées ou d’enchères ou encore les sites Web des fabricants et revendeurs. Et si 46,2 % des internautes achètent en ligne un produit repéré en magasin, ils sont 60,3 % à acheter en magasin un produit repéré en ligne. L’usage du Web dans le processus d’achat est donc clairement intégré aux habitudes de magasinage en ligne et hors ligne des internautes québécois.

Les résultats détaillés incluant des données sur les modes de paiement en ligne utilisés, les perceptions de facilité et de sécurité des transactions en ligne selon le type d’entreprise ainsi que tableaux, graphiques, données sociodémographiques et méthodologie peuvent être consultés au : http://cefr.io/1sur2.

Méthodologie

Pour réaliser le volet « commerce électronique » de l’enquête NETendances 2014, le CEFRIO a utilisé plusieurs collectes de données réalisées en janvier, février, mais, octobre et décembre 2014, interrogeant au téléphone chaque fois environ 1 000 adultes québécois. Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des répondants afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des adultes québécois. La marge d’erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à ± 3,1 % pour la base des adultes et à ± 3,45 % pour la base des internautes, et ce, 19 fois sur 20.

À propos de NETendances

L’enquête NETendances du CEFRIO dresse un portrait intégré et actualisé des grandes tendances en matière d’utilisation d’Internet et des TIC sur l’ensemble du territoire québécois. NETendances 2014 a été réalisée grâce au soutien financier du Mouvement des caisses Desjardins, l’Office Québécois de la langue française et le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, sans oublier la collaboration de BIP – Bureau d’interviewers professionnels pour la collecte de données.


À propos du CEFRIO

Depuis plus de 25 ans, le CEFRIO accompagne les organisations publiques et privées dans la transformation de leurs processus et pratiques d'affaires par l’appropriation et l’utilisation du numérique. Organisme membre du Réseau recherche innovation Québec (RRIQ), le CEFRIO est mandaté par le gouvernement du Québec afin de contribuer à l'avancement de la société québécoise par le numérique. Il recherche, expérimente, enquête et fait connaître les usages du numérique dans tous les volets de la société. Son action s'appuie sur une équipe expérimentée, un réseau de quelque 80 chercheurs associés et invités ainsi que l'engagement de plus de 150 membres.

-30-

Source : CEFRIO | www.cefrio.qc.ca

Renseignements :
Guillaume Ducharme
418 929-0479
guillaume.ducharme@cefrio.qc.ca